A Bout Portant

Périmètre de proximité

Tag: Beatles

De Liverpool à Staten Island

Slick Rick

slickcut2

Symbole par excellence du clown rap, au même titre que Biz Markie ou Flavor Flav, Slick Rick, talentueux storyteller, ex-taulard diamanté au flow nonchalant et aérien est un acteur important d’un des plus grand tournant de la musique rap (la deuxième moitié des années 80).

Je profite du très riche interview de Slick Rick qui se trouve dans le N°31 de la revue, pour mettre en exergue les influences et une partie du parcours singulier de Ricky D.

David Ma : Tu es venu aux Etats-Unis quand tu avais 11ans. Quels sont les différences que tu as immédiatement ressenti entre l’Angleterre et les États-Unis ?

« Ce dont je me souviens à propos de Londres, c’est qu’ils ne jouaient aucun disques noirs. Les disques avec lesquels j’ai grandi étaient des trucs communs comme les Beatles, Bill Haley, et des trucs comme ça. Ne vous méprenez pas, j’adore ça. Mais quand je suis arrivé dans le Bronx, c’était beaucoup plus multi-culturel. La Soul Noire des 70’s était en plein effet ! « Shaft », Bruce Lee et tout ce qui se passer à ce moment là ! L’Amérique, Le Bronx spécifiquement, était excitant et beaucoup plus agité en comparaison »

David Ma : D’où vient l’expression « La Di Da Di » ?

 » Je suppose que ça vient de mon éducation en Angleterre. Beaucoup de mes expressions viennent de mon enfance, et des trucs que j’ai pioché dans la musique d’autres gens. Comme les Beatles par exemple : [il chante] « Michelle, ma belle … ». Tu n’as même pas besoin de dire le nom de ces artistes, tu as juste à faire référence à leur musique, et les gens comprendront. Donc, je pense que j’ai incorporé des influences Américaines et Anglaises dans mes chansons »

Slick Rick c’est un peu tout ça, un rap smooth et excentrique qui a pris forme dans le bouillon culturel du Bronx mais aussi des accroches étrangement inspirées aux mélodies des Beatles.