A Bout Portant

Périmètre de proximité

Tag: La Rumeur

Une rumeur provient du bas

HAME-1

En Octobre 2007, après un concert enflammé et percutant, la cuisine du Bikini (salle de concert à proximité de Toulouse) avait été le cadre d’une rencontre avec La Rumeur et Casey.

Marqué par ce chien dans la tête, cette errance nocturne cryptée et racontée avec exactitude mais aussi par la meilleure des polices qui en système parfait, « se ressent partout », sans que rien (ou presque) ne puisse empêcher son avancée, je tenais à m’entretenir avec Hamé sur la confection de ces deux bombes à retardement.

La Rumeur – La Meilleure Des Polices – 2007

La Rumeur – Le Pire – 1998

«La Meilleure des Polices», c’était pour donner un petit frère à un morceau qui s’appelle «Le Pire».

Hamé : «Le Pire» comme «La Meilleure des Polices», c’est deux déclinaisons d’un même thème, qui est l’intériorisation de sa domination, de son infériorité, et la capacité que la condition sociale, culturel, politique, la capacité que tout ça a, à te donner goût au trou et à la case dans laquelle tu te trouve.

Donc ça va des camisoles chimiques jusqu’à la télévision, en passant par les systèmes de crédits simplifiés et aux boulots imposés.

Pour moi, c’est ce qui le plus efficacement annihile la volonté subjective d’un individu, cette capacité à se laisser dresser mais de manière soft, à dose homéopathique tous les jours, par mille et un procédés.

«Le Pire» c’était le discours ou la représentation récurrente et dominante des populations issues de l’immigration et des quartiers, et cet échec, cette infériorité qu’on nous demande d’intérioriser : « le pire est qu’on ait fini par le croire », eh oui c’est vraiment le pire, quand t’acceptes ça, quand tu t’y résignes.

Le truc qui est scratché à la fin de ce morceau, c’était un rappeur qui s’appeler Nazem, avec qui j’avais échangé pas mal à une époque, il m’avait fait écouter un morceau, c’était une maquette, le truc est jamais sorti je crois, et j’avais bien aimé cette rime, donc je lui avais demandé l’autorisation de la reprendre :

«On pense échec, On bouffe échec, On chie de l’échec, On vit avec» 

La Rumeur – Un Chien Dans La Tête – 2007

Hamé : «Un Chien Dans La Tête», ça correspond à une période très marquée par l’insomnie, c’était lié à Paris, à l’appartement que j’occupais dans le 18ème, à la Chapelle et cette espèce de frénésie.

La Chapelle c’est par là que s’engouffre tout le 93, et c’est par là que se vide la capitale vers la banlieue nord, c’est un lieu de passage incroyable.

J’ai toujours étais plus ou moins un nocturne.

Il y a beaucoup de titres de La Rumeur qui ont étais écris la nuit, et « Un Chien Dans La Tête« , ça correspond vraiment à cette période assez dark où je convoque un peu mes spectres et mes fantômes, et le chien dans la tête, c’est cet oxygène que tu vas chercher la nuit dans Paris, mais ce n’est pas de l’oxygène que tu y trouves mais une obsession supplémentaire.

En ça, c’est quelque chose qu’on partage avec Ekoué, cette fascination pour la nuit aussi, mais en même temps ce besoin de sortir, de marcher, et de sillonner les rues du 18ème le soir, de sentir la ville respirer. 

Publicités

Sang Drapeau

14juillet

Different Teep feat. Kery James – R.A.S  I  (1997)

La Rumeur – Les Mots Qui Me Viennent (2004)

Rocé – Je Chante La France (2006)

Nord Sud Est Ouest 2

Ces extraits lives à Nyon en Suisse nourrissent mon impatience d’écouter ce 2ème volet, qui sera précisément orchestré par Le Bavar & Ekoué.
On connait bien l’alchimie, la cohésion que forme ces deux grosses voix sur un même track, ça laisse donc espérer un street album abrasif.
Au passage, le beat du morceau « Le Chant Des Casseurs » n’est plus le même, comme on peut l’entendre dans la troisième vidéo ci-dessous.

Le Bavar

Malgré un premier épisode plutôt décevant du street-album « Nord Sud Est Ouest » par Ekoué, La Rumeur continue à en faire chier des pendules à ceux que ça énerve avec à venir, prochainement, un deuxième volet signé Le Bavar, qui en regardant cette vidéo laisse pressentir le meilleur du pire.
En attendant l’ogive, « Le Chant Des Casseurs », nourrie les plus affamés avec un verbe de feu.

lebavar