A Bout Portant

Périmètre de proximité

Tag: Soul

Bilal & Adrian Younge – Sirens II // Brownswood Basement Session

Remember Marvin Gaye > 2002

a-01022-copy1

Ce film de Richard Olivier dont la majeure partie a était tourné à Ostende en Belgique entre 1981 et 1982 est un portrait riche et émouvant de cet artiste soul aussi talentueux que tourmenté.

Nina Simone # Ain’t Got No/I Got Life

Nina_Simone_A

Nina Simone est née il y a 80 ans aujourd’hui, cette pianiste et chanteuse au talent unique a était viscéralement engagée dans la cause des noirs américains à travers toute sa carrière.

Les images ci-dessous ont étaient enregistrées durant le Harlem Cultural Festival de l’été 1969, festival que l’on surnomme le « Black Woodstock ».

Playlist Soul Music > Thématique autour de la pluie

Dans la soul music, la pluie est en général une métaphore ou un élément dans un contexte lié au sentiment amoureux et aux aléas des relations sentimentales.

The Del Rios with the Bear Cats > Alone on a rainy nite 

Irma Thomas > It’s raining

James Carr > These ain’t raindrops

The Dramatics > In the rain

Ann Peebles > I can’t stand the rain

Gwen McCrae > It keeps on raining

(Cliquez sur une référence pour télécharger la playlist)

Sharon Jones & Binky Griptite > This Land Is Your Land (2010)

Sharon Jones, ex-gardienne de prison à Rikers Island, Bed Stuy do or die.

R.I.P Donald Dunn

Quand il était encore au lycée, le bassiste Donald « Duck » Dunn a fait parti du groupe les Royal Spades, dans lequel on trouvait également le saxo, Charles « Packy » Axton (le fils de Estelle, le « Ax » de Stax, c’est elle).

Dunn était là pour les débuts du label Stax, quand le label s’appelait encore Satellite.

Par la suite les Royal Spades sont devenus The Mar-Keys, puis il a rejoint Booker T & The Mg’s, remplacent le bassiste Lewis Steinberg après le succès de « Green Onions » au milieu des années 60.

On peut entendre les lignes de basse de Dunn sur « The Memphis Train » de Rufus Thomas, « Respect » de Otis Redding, « Eloise » de William Bell, « Something You Got » de Wilson Pickett, « Blue Suede Shoes » de Albert King (sur l’album en hommage à Elvis Presley) et sur la majorité des enregistrements de Booker T & The Mg’s en tant que groupe instrumental, évidemment.

Ce métronome infatigable du son made in Memphis a rendu l’âme le 13 mai dernier, et en bon fan de r’n’b et de soul sudiste, je me devais d’écrire quelques mots sur ce blog pour lui rendre hommage.

R.I.P. Howard Tate

 » … but she won’t forgive

she won’t forgive and forget … » puis un cri grandiose.

Merci Howard Tate.

Charles Bradley & Thomas Brenneck # Heart Of Gold

Excellente version acoustique de la reprise du titre de Neil Young, sorti en 45t sur Dunham Records.

A noter que Charles Bradley et le Menahan Street Band seront en tournée dans l’hexagone en Octobre et Novembre !

Gwen McCrae # It Keeps On Raining

Pour mieux supporter les météos instables et difficiles rien de tel qu’un soul killer métaphorique signé Gwen McCrae !

Allen Toussaint « Saint Of New-Orleans : Classic Recordings Written & Produced by The Crescent City Legend » > Chronique

Allen Toussaint compare Professor Longhair à Bach, il a sans aucun doute su s’inspirer du talent du pianiste Néo-Orléanais, avant de devenir lui même un artiste incontournable de la Nola.

Toussaint : pianiste de studio, compositeur, arrangeur, producteur a eu un parcours riche.

Jeune adolescent, il jouera dans un groupe aux cotés du guitariste de blues Snooks Eaglin, et avant même d’entamer son service militaire, certaines de ses compositions seront reprises par des musiciens de Jazz à succès.

La compilation ici présente réunit les meilleurs travaux du monsieur sur une période plus ou moins restreinte mais pour le moins florissante.

Le contenu regroupe essentiellement des titres écrits et produits par Toussaint dans la deuxième moitié des années 60, dispersés sur quelques labels.

Ainsi on retrouve dans la sélection l’incontournable instrumental «Get out my life woman» de 1968 avec sa rythmique down-tempo et ses cuivres solides parfumés d’une guitare latine.

Mais d’autres merveilles sont au rendez-vous, comme la superbe ballade mélancolique « Can’t last much longer » de Betty Harris aux arrangements tout simplement délicieux, également le tubesque et jouissif « Here comes the girls » de Ernie K-Doe.

D’autres titres comme le hit « Tequila » ou le chaleureux « You can give but you can’t take » interprété par Arron Neville sont présents sur le disque.

L’ensemble proposé ici montre que Toussaint absorbe le feeling propre à la musique de son environnement et continue de l’entretenir, ainsi son style fastueux et décontracté est aussi celui de la Nouvelle-Orléans.

Une version réduite de cette  chronique est parue dans le N° 11 du fanzine Trip Tips, dispo chez Gibert Musique Toulouse, Total Heaven (Bordeaux), Ground Zero (Paris).